Events

Expérience Client / The French Forum

Du 03 au 05 octobre 2018, ceux qui désirent « enchanter » leurs clients, passagers, visiteurs, utilisateurs se rencontrent à La Baule, dans le cadre unique de l’Hermitage Barrière.
Pendant 2 jours, conférences, master class et ateliers s’y tiennent et permettent d’échanger et réfléchir sur ce qui transforme l’expérience client.

Pour plus de renseignements, rendez-vous ici.

The NDG sessions

The NDG Sessions en 6 points

1/L’économie de l’attention, Kesako ?
Au carrefour des neuro-sciences, du marketing et du numérique, de la sociologie, un nouveau champ de recherches est ouvert autour de cette question : nos sociétés permettent un accès illimité au son, à l’image, à l’écrit, mais notre temps d’attention devient une vraie rareté.

2/Quoi (l’enjeu) : L’économie de l’attention et ses bienfaits, c’est la bonne question et le bon moment…
Comment sourire et développer sa petite ou grande entreprise à l’époque du Anytime Anywhere Anywhere ?
Pourquoi devons-nous chercher et tenter de nous reconnecter au monde et à la nature ?
Si cette interrogation vous effleure, tôt ou tard, vous aboutirez à la question de l’attention, de ce qui la compromet. Ou réfléchirez à la vertu de faire du TRI, des choix, quitte à sortir du chemin qui semble normal.

3/Pour qui : tous ceux qui prennent ou ont « pris leur place dans le trafic », tentent de le faire sans faire trop de dégâts ou désirent avoir un mot d’excuse pour Vivatech (au demeurant très intéressant).
(Sous-entendu : mais je ne suis pas concerné, moi, je suis performant, j’accomplis tout ce qui était prévu au programme, et qui est exigé 🙂
Les cadres, les entrepreneurs et de très nombreux salariés – qui sont également des individus – sont devenus comme les bolides hurlants dans le film culte de Georges Miller, Mad Max : éparpillés, sur-sollicités, ils ne parviennent plus à lire leurs mails, n’y répondent pas toujours. N’ont souvent pas ouvert un livre ou vu un bon film depuis longtemps. Mais on leur demande de faire tout bien, plus et mieux.
Les outils digitaux qui sont devenus nos compagnons permanents ne nous aident pas à répondre ou à nous intéresser à ces questions. Ils produisent, émettent… sans arrêt de nouvelles sollicitations.
Les plus efficaces ressemblent à Ryan Bingham (Georges Clooney), le personnage de In the Air qui sait parfaitement dans quelle file se mettre au contrôle sécurité à l’aéroport : derrière les asiatiques, qui sont organisés et passent donc le portique plus vite.
Que faut-il garder d’essentiel dans son sac à dos (back-pack) comme le conseille Ryan dans le film ? Comment éviter les dégâts, tristesses, pertes d’efficacité qui découlent de ces constats ?

4/La bande son de cette première édition ? Hearts and Bones (Paul Simon)

En 1983, en plein doute, Paul Simon réalise dans un studio américain un album audacieux, qui sera un échec commercial. Accompagné de musiciens renommés, Al di Meola, Steve Gadd, Rob Mounsey, Jeff Porcaro, Dean Parks… il y parle des ruptures (il va divorcer de sa deuxième épouse), de ceux qui réfléchissent trop (Maybe I think too Much) et annonce le bouleversement fantastique que sera, trois ans plus tard Graceland… La World Music s’entend dans chacun des morceaux de cet opus incompris à l’époque et désormais considéré comme une œuvre majeure.

5/Un peu d’histoire sur les films évoqués et parmi d’autres :
Produit avec 400 000 dollars, Mad Max est un film australien sorti en 1979, écrit à l’époque par un médecin qui travaillait dans une salle d’urgences à Sydney et était confronté à quantité de blessures, décès, notamment liés aux accidents de voiture. Il a lancé Mel Gibson, la société de production New Wave et connaitra un immense succès. Brian May en composa la musique.
In the Air est un film, une comédie de Jason Reitman dans laquelle un spécialiste du licenciement, Ryan Bingham, passe la plupart de son temps en avion et n’a pas de vie privée. Son objectif ? Atteindre les 10 millions de miles du programme AAdvantage d’American Airlines.

6/Le studio de ce Burning Man français 🙂 : Le sanctuaire Notre Dame de Grâce est situé à Rochefort du Gard, en haut d’un promontoire qui permet une vue unique sur la vallée de la Durance et de la ville d’Avignon, au loin. Pèlerins et groupes y sont accueillis toute l’année.

Voir le programme.